La France prend la tête des pays du G20 pour les investissements dans les énergies renouvelables

Paris, France, 27 novembre 2018
  • Rapport Allianz Climate and Energy Monitor 2018 : Les pays européens les plus attractifs pour investir dans les énergies renouvelables, avec la Chine, l'Inde et le Brésil dans le top 10
  • Néanmoins, absence de stratégies à long terme en matière d’énergie renouvelable dans la plupart des pays du G20
  • Les pays du G20 doivent investir EUR 886 milliards par an dans le secteur des énergies alternatives s'ils veulent respecter les objectifs du l'Accord de Paris sur le climat

La plupart des pays du G20, y compris plusieurs pays émergents, ont amélioré leurs conditions d'investissement dans les énergies à faible teneur en carbone au cours de l’année écoulée. Néanmoins, davantage d'investissements dans les énergies renouvelables doivent être consentis afin d'atteindre les objectifs de l'Accord de Paris sur le climat. En outre, le G20 devrait élaborer et mettre en œuvre des stratégies plus ambitieuses, cohérentes et transparentes à long terme pour favoriser l'investissement dans les énergies renouvelables. Voici en substance les principales conclusions du rapport Allianz Climate and Energy Monitor 2018, publié aujourd'hui. Pour la troisième année consécutive, Allianz, Germanwatch et The New Climate Institute ont étudié le climat des investissements et les investissements dans les énergies renouvelables dans les pays du G20. « Il est essentiel de développer le secteur des énergies renouvelables si l'on veut respecter les objectifs de l'Accord de Paris sur le climat », explique Matthias Seewald, Directeur des investissements et membre du Comité exécutif d’Allianz France. « Pouvoirs publics, entreprises et société civile doivent unir leurs forces pour relever ces défis ».

Le trio de tête prend les devants

La France se hisse en tête du classement en gagnant deux places, tandis que l'Allemagne, première en 2017, et le Royaume-Uni, deuxième en 2017, reculent tous les deux d'une place. Ces pays offrent aujourd'hui le meilleur cadre politique et les environnements de marché les plus favorables, deux critères essentiels pour des investissements durables et des projets complexes tels que les centrales solaires et les parcs éoliens. « Les énergies renouvelables en France, en Allemagne et au Royaume-Uni bénéficient de marchés et de conditions d'investissement stables en règle générale, ainsi que d'un environnement politique largement positif. Pour autant, les pays les mieux positionnés souffrent encore de certaines lacunes : en France, par exemple, les appels d'offres pour de nouvelles usines ne sont toujours pas assez nombreux, les investissements de l'Allemagne dans l'énergie éolienne vont diminuer en raison des nouvelles règles de mise aux enchères et au Royaume-Uni, le marché de l'énergie solaire s'est effondré suite aux réformes politiques », déplore le professeur Niklas Höhne, directeur général du NewClimate Institute. Cette année, le Brésil et l'Italie ont le plus progressé, les deux pays ayant largement remonté dans le classement par rapport à l'année précédente. L'an passé, le Brésil a en particulier augmenté sa capacité photovoltaïque solaire, à un rythme similaire à celui observé dans d'autres pays émergents comme l'Inde, la Turquie et la Chine.

La Chine, les États-Unis et l’Inde ont les plus forts besoins en investissements

Neuvième, les États-Unis ont cédé deux places suite aux nouvelles politiques réduisant le budget fédéral alloué aux développements des énergies renouvelables. Conséquence, le nombre de nouvelles installations éoliennes et solaires a chuté en 2017. Au cours de cette période, les États-Unis ont investi 57 milliards de dollars dans les énergies renouvelables, soit seulement un tiers du capital requis de 158 milliards de dollars pour se conformer aux objectifs de l'accord de Paris sur le climat. À titre de comparaison, la Chine, 5e, a investi plus du double en 2017, soit 133 milliards USD, mais ici aussi, la demande est nettement plus élevée, avec des besoins annuels de 314 milliards de dollars dans le secteur de l'électricité. L'Inde, 10e, a multiplié par deux ses capacités solaires, tandis que l'énergie éolienne a également progressé. Pour autant, avec 11 milliards USD investis en 2017, jusqu'à présent, l'Inde n'a atteint qu'un minimum de 160 milliards de dollars par an pour atteindre les objectifs climatiques dans le secteur de l'électricité.

Seul le Royaume-Uni a adopté une stratégie de décarbonisation à long terme

Seule une poignée de pays du G20 observent une stratégie de décarbonisation complète dans leur secteur lié aux énergies. La quasi-totalité des pays du G20 (hors États-Unis) ont convenu de parvenir à zéro émission nette de CO2 d'ici 2050. Pour autant, seul le Royaume-Uni a adopté un plan à long terme contraignant et ambitieux visant à décarboner son réseau électrique. Or, même le Royaume-Uni ne s'est fixé aucun objectif à court terme sur la question des énergies renouvelables. Seuls le Brésil, la France et l'Allemagne ont mis en place des objectifs à court terme, permettant de développer les énergies renouvelables suffisamment vite pour tenir les engagements de l'Accord de Paris. 

Selon le rapport Allianz, tous les pays doivent encore améliorer leur cadre politique pour offrir d'excellentes conditions d'investissement dans les énergies renouvelables. « Le problème n'est pas la mise en œuvre de politiques mais la manière dont elles sont mises en œuvre » précise Jan Burck de Germanwatch, co-auteur du rapport. Le rapport relève les principaux défis suivants :

  • soutien politique intermittent
  • mise en œuvre sous-optimale d'une politique d'aide
  • conception de politiques régressives.

Le rôle important des investisseurs à long terme

Les compagnies d'assurance peuvent jouer un rôle central dans les projets liés aux énergies renouvelables. Elles possèdent l'expérience nécessaire pour gérer les risques de tels projets et les ressources requises pour investir sur le long terme.

Allianz est l'une des premières compagnies d'assurance à se fixer des objectifs climatiques à long terme liés à l'objectif des deux degrés Celsius de l'accord de Paris sur le climat et à soutenir la transition vers une économie respectueuse du climat par exemple en finançant les énergies renouvelables. D'ici à 2040, Allianz aura progressivement éliminé, étape par étape, à la fois ses investissements propres dans les activités charbonnières et sa couverture d'assurance de ces risques.

 

À propos du rapport Allianz Climate and Energy Monitor

Le rapport Allianz Climate and Energy Monitor 2018 classe les 19 États membres du G20 (l'Union européenne en tant qu'organisme supranational exclu) en fonction de leur attractivité en tant que destinations potentielles pour les investissements dans les infrastructures électriques à faible émission de carbone. Le rapport estime les besoins d'investissement actuels et futurs sont conformes à une trajectoire compatible avec la limite de deux degrés Celsius de l'Accord de Paris, qui est bien inférieure à deux degrés Celsius. La question de savoir si et où les investisseurs fournissent des fonds dépend d'une stratégie climatique et énergétique fiable dans le pays concerné, ainsi que de mécanismes de soutien spécifiques et transparents, d'une concurrence loyale avec les sources d'énergie fossiles, de l'influence des lobbies opposés et de l'expérience du marché des énergies renouvelables. Ces facteurs s'ajoutent à des facteurs généraux tels que l'inflation, l'ouverture aux investisseurs étrangers et la sécurité juridique.

Pour lire le rapport Allianz Climate and Energy Monitor 2018 :

https://www.allianz.com/content/dam/onemarketing/azcom/Allianz_com/sustainability/documents/Allianz_Climate_and_Energy_Monitor_2018.pdf

 

Allianz SE 
Le groupe Allianz est l'un des leaders mondiaux de l'assurance et de la gestion d'actifs avec plus de 88 millions de clients particuliers et entreprises. Allianz est l'un des plus grands investisseurs mondiaux, gérant plus de 660 milliards d'euros pour le compte de ses clients assureurs, tandis que nos gestionnaires d'actifs Allianz Global Investors et PIMCO gèrent 1,4 billion d'euros d'actifs tiers supplémentaires. Grâce à l'intégration systématique de critères écologiques et sociaux dans nos processus commerciaux et nos décisions d'investissement, nous occupons la première place des assureurs dans le Dow Jones Sustainability Index. Allianz est l'une des premières compagnies d'assurance à se fixer des objectifs climatiques à long terme liés à l'objectif des deux degrés de l'accord de Paris sur le climat.

Germanwatch est une organisation indépendante œuvrant pour le développement et l'environnement. Elle milite en faveur de l’équité mondiale et la préservation des moyens de subsistance. L'organisation décrypte les politiques et les économies de l'hémisphère Nord et leurs impacts sur le monde. Point de départ de son travail, les populations défavorisées de l'hémisphère Sud, ainsi que ses membres, sponsors et autres acteurs de la société civile pour défendre le développement durable. À l'appui d'analyses scientifiques, l'organisation informe le secteur public, mène des activités pédagogiques et de sensibilisation et explique aux consommateurs comment agir en fonction de ses objectifs. www.germanwatch.org

Le NewClimate Institute est un institut de recherche allemand qui mène des réflexions sur le changement climatique et cherche à les mettre en pratique. L'Institut conduit des recherches, élabore des politiques et participe au partage des connaissances dans le but d'élever les consciences pour agir contre le changement climatique et encourager le développement durable. L'Institut est particulièrement qualifié dans l'analyse des politiques climatiques, le suivi des mesures pour le climat, le financement lié au climat, les marchés du carbone, et l'énergie durable https://newclimate.org/

Ces données sont, comme toujours, soumises à l’avis de non-responsabilité ci-dessous.

Mise en garde sur les déclarations prospectives

Certains des énoncés contenus dans le présent document peuvent être de nature prospective et fondés sur les hypothèses et les points de vue actuels de la direction de la société. Ces énoncés impliquent des risques et des incertitudes, connus et inconnus. Des écarts importants entre les résultats, les performances ou les événements qui y sont invoqués, explicitement ou implicitement, et les résultats, les performances ou les événements réels sont possibles.

Ces écarts peuvent survenir, sans s’y limiter, à cause de : (i) changements dans la conjoncture économique et les marchés, en particulier ceux des activités de base du groupe Allianz, (ii) le comportement des marchés financiers (particulièrement la volatilité, la liquidité et les événements de crédit), (iii) la fréquence et la gravité des sinistres assurés, y compris les catastrophes naturelles, et les charges associés aux sinistres assurés (iv) les niveaux et tendances de mortalité et morbidité, (v) les taux de conservation, (vi) l’ampleur des risques de crédit, surtout dans les activités bancaires, (vii) les taux d’intérêt, (viii) les taux de change, notamment le taux EUR/USD, (ix) l’évolution du contexte législatif et réglementaire, y compris les dispositions fiscales, (x) l’impact des acquisitions, y compris les problèmes d’intégration connexes et les mesures de réorganisation, et (xi) d’autres facteurs coopératifs généraux, à une échelle locale, régionale, nationale ou mondiale pour chacun des cas énoncés. Une grande partie de ces facteurs est plus susceptible de se produire ou d’avoir des effets plus prononcés en cas d’activités terroristes et les conséquences qui y sont associées.

Aucune obligation de mise à jour

La société n’assume aucune obligation de mettre à jour les énoncés prospectifs ou informations contenues dans les présentes, sauf les informations dont la diffusion est requise exigée par la loi.

Protection de la vie privée

Allianz SE s’engage à protéger vos données personnelles. Retrouvez notre déclaration de confidentialité sur https://www.allianz.com/en/info/privacy-statement/

Contacts Presse