Perspectives économiques mondiales 2022-2023

14 janvier 2022

Faisons le point sur l'état d'avancement de la sortie de crise et évaluons comment l'incertitude persistante quant à la dynamique actuelle du virus pourrait avoir un impact sur les perspectives de croissance et les marchés de capitaux dans les économies de marché avancées et émergentes.

La croissance mondiale devrait rester robuste mais inégale, avec une divergence croissante entre les économies de marché avancées et émergentes. Cependant, comme dans le film ‘Don’t look up !’ dont les équipes d’Allianz Research ont emprunté le titre pour ce rapport, la dynamique de croissance actuelle pourrait nous empêcher de regarder vers le haut pendant la phase actuelle de la reprise. Les économies avancées continueront d'être le moteur de plus de la moitié de la croissance du PIB mondial (+2,2 points de pourcentage en 2022 et +1,6 point de pourcentage en 2023), tandis que les marchés émergents seront à la traîne, pour la première fois depuis la crise financière mondiale (GFC). La zone euro et les États-Unis devraient connaître une croissance de +4,1 % et +3,9 %, respectivement, tandis que la croissance en Chine ralentit à +5,2 % en raison des perturbations en cours dans le secteur de l'immobilier et de l'accent mis par le gouvernement sur la stabilité financière. La plus faible contribution de la Chine à la croissance du PIB mondial depuis 2015 est susceptible d'avoir des retombées négatives sur les marchés émergents dont la reprise sera moins profonde par rapport aux crises passées. 

Le commerce mondial se développe à nouveau au-dessus de la moyenne à long terme, mais sera perturbé par des goulets d'étranglement au niveau de la main-d'œuvre et de la chaîne d'approvisionnement, amplifiés par l'omicron. Nous prévoyons une croissance du volume du commerce mondial de +5,4 % cette année, puis de +4,0 % en 2023. Au cours des deux à quatre prochains mois, nous nous attendons à une certaine perte de valeur ajoutée dans les secteurs durement touchés par les faibles (ou inexistantes) possibilités de télétravail et à une hausse de l'inflation induite par la chaîne d'approvisionnement en raison des déficits de production en Chine. Nous prévoyons un tournant au cours du second semestre de cette année en raison de : (i) d'un refroidissement des dépenses de consommation en biens durables ; (ii) d'une diminution des pénuries d'intrants, les stocks retrouvant (voire dépassant) les niveaux d'avant la crise dans la plupart des secteurs ; et (iii) d'un raccourcissement des délais de livraison, l'augmentation des capacités atténuant les contraintes d'expédition. 

Nous continuons de penser que les déséquilibres omniprésents entre l'offre et la demande maintiendront l'inflation à un niveau élevé jusqu'à la mi-2022. L'inflation devrait ralentir cette année, à mesure que la reprise s'installe, principalement en raison de la disparition progressive des facteurs transitoires, de l'atténuation des effets de rattrapage de la demande de biens et de la baisse des prix de l'énergie au cours du second semestre. Les banques centrales adoptent une position monétaire plus restrictive afin d'empêcher l'inflation de s'ancrer dans les attentes. L'impulsion budgétaire en Europe sera plus forte qu'aux États-Unis cette année mais diminuera rapidement, la plupart des pays entamant leur processus d'assainissement. La plupart des pays émergents réduisent leurs déficits budgétaires et reconstituent leur marge de manœuvre budgétaire, mais les exportateurs de matières premières restent vulnérables au ralentissement de la demande extérieure de la Chine. La hausse progressive des taux continuera d'offrir un environnement favorable mais de plus en plus fragile aux marchés de capitaux. Des primes de risque inchangées, voire plus faibles, des taux d'intérêt réels en baisse et un excédent d'épargne ont soutenu des conditions de financement favorables et permis aux actifs risqués de surperformer, tandis que les actifs à revenu fixe ont souffert de la hausse des anticipations d'inflation. Toutefois, le sentiment de risque positif qui sous-tend les valorisations historiquement élevées des marchés d'actions s'accompagne d'une volatilité accrue du marché et reste tributaire de la poursuite de la dynamique de croissance et de la suppression progressive des mesures politiques liées à la crise. 

Qu'est-ce qui pourrait mal tourner ? Malgré l'apparition d'une nouvelle mutation du virus, l'impact économique de la pandémie s'affaiblit. Nous estimons que les perturbations potentielles des marchés du travail dues aux restrictions sanitaires pourraient mettre en péril 2 à 3 % de la valeur ajoutée dans les économies avancées. En outre, le durcissement des conditions financières et la plus grande divergence de la normalisation des politiques budgétaires et monétaires entre les pays pourraient accroître encore les déséquilibres et perturber la reprise du commerce international. L'écart entre les orientations des politiques monétaire et budgétaire en Europe et aux États-Unis étant appelé à se creuser, il existe un risque croissant de découplage, qui pourrait alimenter les perturbations sur les marchés des capitaux. Les effets d'entraînement de l'augmentation des sorties de capitaux et de la volatilité des devises, alors que les États-Unis commencent à resserrer les conditions de financement, la crise monétaire (largement) auto-infligée en Turquie et l'incertitude croissante quant aux implications du ralentissement de la demande extérieure de la Chine pourraient peser sur les perspectives des marchés émergents. 

Vous trouverez notre analyse complète (publication et PPT) ici.

Expert

Contact Presse